Comprendre le concept du lactate en soins intensifs

Nous vous présentons ci-après le résumé de la thèse intitulé “ Comprendre le concept du lactate en soins intensifs”, écrit en anglais sous le titre original “ Understanding Lactate in an Intensive Care Setting ” par Hilary G. Mulholland, dans la réalisation partielle des exigences pour le « Master of Engineering in Computer Science and Molecular Biology » dans Massachusetts Institute Of Technology.

« On a étudié la relation entre les taux de lactate initiaux et les résultats cliniques de patients en USI, en utilisant la base de données MIMIC II (version 2.6). Les admissions en soins intensifs ont été divisées en trois groupes, suivant l’estimation initiale du lactate : patients avec taux de lactate élevé (supérieur à 4,0 mmol/l), patients avec taux intermédiaire (entre 2,0 mmol/l et 4,0 mmol/l) et patients avec taux de lactate bas (inférieur à 2,0 mmol/l). En plus de la population USI dans son ensemble, on a étudié des patients en sepsis suivant trois critères différents (Martin, Angus et Syndrome de Réponse Inflammatoire Systémique ou SRIS)

L’étude a révélé que l’augmentation des taux de lactate est associée à une plus forte mortalité en soins intensifs, à une plus forte mortalité à 30 jours, à une durée prolongée du séjour en USI et à de plus hauts scores SOFA (évaluation séquentielle de défaillance organique) et SAPS I (indice de gravité simplifié) pour toutes les admissions en USI et dans les trois cohortes de sepsis. Les patients en état de sepsis avec des taux de lactate élevés à l’admission ont été plus gravement malades que tout le reste des patients. Les patients en état de sepsis identifiés avec les critères de Martin qui avaient des taux élevés de lactate ont obtenu les pires résultats des trois cohortes de sepsis, mais des scores de gravité moyens similaires. Cela indique que la connaissance des taux de lactate, ajoutée aux scores de gravité, peut avoir une valeur prédictive.

On a étudié aussi la relation entre le lactate initial, la variation du lactate entre la première et la deuxième mesure, et la mortalité en USI. Le résultat est qu’habituellement, chez les patients avec de hauts niveaux de lactate initiaux associés à une augmentation postérieure du taux de lactate, les résultats cliniques ont été plus défavorables que chez les patients avec de hauts niveaux de lactate initiaux associés à une diminution postérieure du taux. »

Cliquez ici pour télécharger le document complet, écrit en anglais:

Understanding Lactate in an Intensive Care Setting