Le temps jusqu’à épuisement au commencement de l’accumulation de lactate dans le sang chez des coureurs de différentes capacités athlétiques

Revista Brasileira de Medicina do Esporte

Les lignes ci-après offrent un résumé de l’article intitulé “Le temps jusqu’à épuisement au commencement de l’accumulation de lactate dans le sang chez des coureurs de différentes capacités athlétiques”, qui a pour titre original « Time to Exhaustion At The Onset Of Blood Lactate Accumulation In Runners With Different Athletic Ability ». Cet article a été écrit en anglais par Jordan Santos-Concejero, Cristina Granados, Jon Irazusta, Iraia Bidaurrazaga-Letona, Jon Zabala-Lili et Susana Gil, et publié dans Revista Brasileira de Medicina do Esporte – Vol. 19, No 4 – Jul/Aug, 2013

[quote_box align= »left »]

Objectif : Caractériser les réponses physiologiques de coureurs de différentes capacités athlétiques à la vitesse au commencement de l’accumulation de lactate dans le sang (VOBLA) et déterminer si 4 mmol·L-1 représente la même intensité relative d’effort pour chaque coureur.

Méthodes : Onze coureurs entraînés et douze bien entraînés ont réalisé deux épreuves de course sur tapis roulant : une première avec un test d’état stable maximal de lactatémie pour calculer la VOBLA (Test 1) puis une deuxième à la VOBLA correspondante jusqu’à épuisement (Test 2). L’échange gazeux et la fréquence cardiaque (HR) ont été mesurés de manière constante et représentés comme un pourcentage du temps jusqu’à épuisement dans le Test 2. La vitesse du seuil de lactate individuel (VLT) et la concentration de lactate ([La-1]LT) ont été calculées suivant la méthode D-max.

Résultats : La VOBLA et la VLT ont été supérieures chez les coureurs bien entraînés (P<0,001). [La-1]LT a été <4 mmol·L-1 chez les coureurs bien entraînés (P<0,001), mais pas chez les coureurs entraînés. Les coureurs bien entraînés ont été plus rapides du point de vue de VOBLA que de VLT (P<0,001). La durée du Test 2 a été plus courte pour ces derniers que pour les coureurs entraînés (P<0,05). De plus, les coureurs bien entraînés ont présenté une fréquence cardiaque supérieure à 50, 80 et 90% du Test 2 et une VO2 à 20-100% du Test 2 (P<0,05). On a obtenu une corrélation inverse (P<0,01)  entre le test 2  et VOBLA et une corrélation positive avec le meilleur score personnel en performance sur 10 Kms (P<0,01).       Une corrélation positive a été établie entre VOBLA et %VO2max dans le Test 2 (P<0,01). La valeur standard pour la concentration de lactate dans le sang (4 mmol·L-1) semble représenter une intensité d’effort différente pour des coureurs de différentes capacités athlétiques.

Conclusion : La VOBLA peut ne pas être suffisamment précise pour programmer des séances d’entraînement running ou pour évaluer l’endurance aérobie.[/quote_box]

 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet: Time To Exhaustion At The Onset Of Blood Lactate Accumulation In Runners With Different Athletic Ability