Relation entre les concentrations de lactate après un marathon et les années d’entraînement et la meilleure performance

Les lignes suivantes constituent un résumé de l’article intitulé « Relation entre les concentrations de lactate après un marathon et les années d’entraînement et la meilleure performance ». Cet article a été écrit en espagnol par Alvero, J.R., García, J., Pérez, F., Berdugo, C. et De Diego, A.M, et publié dans la revue Apunts Medicina De L’esport, 2000 : 134: 21-24.

[quote_box align= »left »]Une étude des taux d’acide lactique a été réalisée sur 33 coureurs de marathon ayant obtenu différents scores à la fin de l’épreuve (42,195 m).  On n’a pas observé de différences entre les taux d’acide lactique après l’épreuve, ceux des coureurs ayant réalisé les meilleurs temps étant toutefois plus élevés. Une étude corrélationnelle de différentes variables – années d’entraînement, heures d’entraînement par semaine, meilleur score personnel, temps réels obtenu dans le marathon et concentration de lactate- a mis en évidence des corrélations significatives :

  • Années d’entraînement – meilleur score obtenu en marathon : r =-0.38
  • Années d’entraînement – Taux de lactate : r =0.34
  • Meilleur score obtenu en marathon – heures d’entraînement par semaine : r =-0.44
  • Taux de lactate – Heures d’entraînement par semaine : r =0.52
  • Meilleur score – taux de lactate : r= -0.30

La performance obtenue en marathon est fonction du nombre d’heures d’entraînement par semaine et des années d’entraînement.[/quote_box]

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, en espagnol: Relation entre les concentrations de lactate après un marathon et les années d’entraînement et la meilleure performance