Association Entre Les Taux De Lactate Dans Le Sang, Le Sous-Score De L’évaluation De Défaillance Organique Et La Mortalité Au Bout De 28 Jours, Dans Une Première Phase De Séjour En Unité De Soins Intensifs Et Dans Une Deuxième Phase : Une Etude D’observation Rétrospective

Nous vous présentons ci-après un résumé de l’article intitulé “ Association Entre Les Taux De Lactate Dans Le Sang, Le Sous-Score De L’évaluation De Défaillance Organique Et La Mortalité Au Bout De 28 Jours, Dans Une Première Phase De Séjour En Unité De Soins Intensifs Et Dans Une Deuxième Phase :  Une Etude D’observation Rétrospective“, écrit en anglais sous le titre “ Association between Blood Lactate Levels, Sequential Organ Failure Assessment Subscores, and 28-day Mortality during Early and Late Intensive Care Unit Stay: A Retrospective Observational Study ”, par Tim C. Jansen, Jasper van Bommel, Roger Woodward, Paul G. H. Mulder et Jan Bakker, et publié dans Critical Care Medicine (Crit Care Med. 2009;37(8):2369-2374).

« Objectifs : évaluer si le niveau et la durée d’augmentation des taux de lactate dans le sang sont associés à des scores obtenus dans l’évaluation journalière de défaillance organique (SOFA) et à des sous-scores d’organes, et évaluer ces associations durant une première phase de séjour en soins intensifs et durant une phase ultérieure.   

Conception : étude d’observation rétrospective.

Cadre : Unité de Soins Intensifs Mixte d’un CHU.

Patients : 134 patients hétérogènes dans une Unité de Soins Intensifs.

Interventions : Aucune.

Mesures et principaux résultats : On a calculé la zone sous la courbe de lactate au-dessus de 2,0 mmol/L (lactateAUC>2). Les scores SOFA (évaluation de la défaillance organique liée au choc septique) ont été recueillis tous les jours pendant les 28 premiers jours de séjour en USI afin de calculer la moyenne des scores et le score maximum initial (jour 1). Les valeurs de lactateAUC>2 journalières sont comparées aux deux scores SOFA journaliers et aux sous-échelles d’organes à travers le modèle mixte d’analyse de variance.  Cela a aussi été fait séparément durant la première phase (> 2,75 jours) et la phase tardive (> 2,75 jours) du séjour en unité de soins intensifs.

Comparé aux patients normolactatémiques (n = 78), toutes les variables SOFA moyennes ont été supérieures chez les patients avec hyperlactatémie (n=56) (SOFA initial : 9 [intervalle interquartile 4-12] vs. 4 [2–7]; SOFA max. : 10 [5–13] vs. 5 [2-9] ; SOFA total : 28 [10-70] vs. 9 [3-41] ; SOFA moyen :  7 [4-10] vs. 4 [2-6], tous p <0,001). La relation générale entre le lactateAUC>2  journalier et le SOFA journalier a été une augmentation de 0,62 points SOFA pour 1 jour · mmol / l de lactateAUC>2  (intervalle de confiance de 95%, 0,41- 0,81, p <0,00001). Pendant la première phase de séjour en soins intensifs, la relation entre le lactateAUC>2  et SOFA a été de 1,01 (intervalle de confiance de 95%, 0,53-1,50 ; p <0,0005), et pendant la phase ultérieure en soins intensifs, cette relation s’est réduite à 0,50 (95% intervalle de confiance, 0,28-0,72 ; p <0,0005). Les sous-scores de pathologie respiratoire (0,30, 0,22–0,38, p < 0,001) et de coagulation (0,13, 0,09–0,18, p < 0,001) ont été étroitement associés au lactateAUC>2.

Conclusions : Les taux de lactate dans le sang sont étroitement associés aux scores SOFA. Cette association a été plus forte durant la première phase du séjour en USI, laquelle fournit un appui indirect additionnel en réanimation afin de prévenir l’insuffisance organique. Les résultats confirment que l’hyperlactatémie peut être considérée comme un signe avertissant d’une insuffisance organique. »

 

Si vous souhaitez recevoir une copie de l’article original, veuillez remplir le formulaire suivant :