Hyperlactatémie relative et mortalité hospitalière chez les patients en état critique : une étude multicentrique rétrospective

logo

Nous vous présentons ci-après un résumé de l’article intitulé “Hyperlactatémie relative et mortalité hospitalière chez les patients en état critique : une étude multicentrique rétrospective”, écrit en anglais sous le titre original “Relative hyperlactatemia and hospital mortality in critically ill patients: a retrospective multi-centre study”, par Alistair D NicholMoritoki EgiVille PettilaRinaldo BellomoCraig French, Graeme HartAndrew DaviesEdward StachowskiMichael C ReadeMichael Bailey et David James Cooper, et publié dans Critical Care 2010, 14:R25

« Méthodes : Cette étude observationnelle a examiné une base de données prospective de 7.155 patients consécutifs en état critique, admis dans l’Unité de Soins Intensifs de quatre hôpitaux universitaires d’Australie. On a évalué la relation entre le lactate à l’admission en soins intensifs, le lactate maximum et les taux de lactate pondérés dans le temps et l’évolution hospitalière de tous les patients, ainsi que celle de tous les patients dont les concentrations de lactate (admission n = 3,964, maximum n = 2,511, et pondérées dans le temps n = 4,584) furent inférieures à 2 mmol.L-1  (autrement dit, hyperlactatémie relative).

Résultats : On a obtenu 172.723 mesures de lactate. Une concentration de lactate à l’admission supérieure et des concentrations de lactate pondérées dans le temps à l’intérieur de l’intervalle de référence supérieures ont été associées de manière indépendante à une augmentation de la mortalité hospitalière (ratio de probabilités d’admission (OR) 2,1, 95% intervalle de confiance (IC) 1,3 à 3,5, P = 0,01; OR pondérés dans le temps 3,7, 95% IC 1,9 à 7,00, P < 0,0001). Cette association significative a pu être détectée dans les concentrations de lactate > 0,75 mmol.L-1. D’autre part, chez les patients dont le lactate n’a jamais dépassé 2 mmol.L-1, un taux de lactate pondéré dans le temps plus élevé est resté fortement associé à une plus haute mortalité hospitalière (OR 4,8, 95% CI 1,8 à 12,4, P < 0,001).

Conclusions : Chez les patients en état critique, l’hyperlactatémie relative a été associée de manière indépendante à une mortalité hospitalière supérieure. Les concentrations de lactate dans le sang > 0,75 mmol.L-1  peuvent être utilisées par les médecins pour identifier les patients qui présentent un risque de mortalité supérieur.  Il est possible qu’il soit nécessaire de réévaluer l’intervalle de référence actuel pour le lactate chez les patients en état critique. »

 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, en anglais:

Relative hyperlactatemia and hospital mortality in critically ill patients: a retrospective multi-centre study