Les Taux De Lactate Comme Valeurs Prédictives De Mortalité Chez Des Patients En Choc Septique

Nous vous présentons ci-après un résumé de l’article intitulé “Les Taux De Lactate Comme Valeurs Prédictives De Mortalité Chez Des Patients En Choc Septique“, écrit en espagnol sous le titre “Niveles de lactato como predictor de mortalidad en  pacientes con choque séptico, par Gualterio Jasso-Contreras, Felipe González-Velázquez, Leidiana Bello-Aguilar, Andrea García-Carrillo, Mario Ramón Muñoz-Rodríguez et Luis Pereda-Torales, et publié dans Revista Médica del Instituto Mexicano del Seguro Social (Rev Med Inst Mex Seguro Soc. 2015;53(3):316-21)

« Introduction : L’objectif est de déterminer l’association entre les taux de lactate sérique et la mortalité chez des patients en choc septique admis au Service d’Urgences du Centre Médical National « Adolfo Ruiz Cortines » de l’institut mexicain de la Sécurité Sociale.

Méthodes : L’étude- de cas-témoins- a porté sur des patients en choc septique admis au Service d’Urgences de janvier à décembre 2013 et à qui on a mesuré le lactate sérique à l’admission.  La valeur critique du lactate sérique associée à la mortalité a été obtenue avec les courbes ROC (de l’anglais Receiver Operating Characteristics, caractéristique de fonctionnement du récepteur).

Résultats : 67 patients ont été étudiés entre le mois de janvier et le mois de décembre 2013. 56 (cas) ont survécus et 11 (témoins) sont morts. Il n’y a pas eu d’association suivant le sexe, l’âge et les comorbidités. La valeur critique du lactate sérique pour la mortalité a été de 4,0 mmol/l. 10 des 40 patients ayant des taux de lactate > 4,9 mmol/l sont morts, contre seulement 1 des 27 ayant un taux de lactate <4,9 mmol/l (p=0,04) et rapport de cote (odds ratio) de 8,7. La mortalité avec des taux >de lactate 4,9 mmol/l a présenté une sensibilité de 90,0% et une spécificité de 46,4%.

Conclusions : Les taux de lactate sérique supérieurs à 4 mmol/l sont associés à un risque supérieur de mortalité chez des patients en choc septique. »

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, écrit en espagnol :
Etiology and Therapeutic Approach to Elevated Lactate Levels