Une meilleure élimination du lactate est associée à un bon résultat neurologique chez des survivants traités par hypothermie thérapeutique suite à un arrêt cardiaque hors de l’hôpital

logo

Nous vous présentons ci-après un résumé de l’article intitulé “Une meilleure élimination du lactate est associée à un bon résultat neurologique chez des survivants traités par hypothermie thérapeutique suite à un arrêt cardiaque hors de l’hôpital“, écrit en anglais sous le titre “Better lactate clearance associated with good neurologic outcome in survivors who treated with therapeutic hypothermia after out-of-hospital cardiac arrest”, par Tae Rim Lee, Mun Ju Kang, Won Chul Cha, Tae Gun Shin, Min Seob Sim, Ik Joon Jo, Keun Jeong Song, Yeon Kwon Jeong et Jun Hwi Cho, et publié dans Critical Care 2013, 17:R260  doi:10.1186/cc13090.

« Introduction: Plusieurs méthodes ont été proposées pour l’évaluation neurologique de patients ayant subi un arrêt cardiaque hors de l’hôpital (ACHH). Le lactate dans le sang s’est révélé comme un marqueur pronostique fiable dans les cas de trauma, seps ou arrêt cardiaque. Cette étude a pour objectif d’examiner la possible relation entre le taux de lactate initial ou l’élimination du lactate et le résultat neurologique chez des survivants à un ACHH traités par hypothermie thérapeutique.

Méthodes: Cette étude cohorte rétrospective a porté sur des patients soumis à un protocole d’hypothermie thérapeutique de 24 heures suite à un ACHH, entre janvier 2010 et mars 2012. On a mesuré sur ces patients les taux d’acide lactique au début de la thérapie (0 heure), au bout de 6 heures, puis 12, 24, 48 et 72 heures. Après ces mesures, on a aussi calculé l’élimination du lactate au bout de 6 et 12 heures. Le résultat neurologique des patients a été évalué un mois après l’arrêt cardiaque ; on a établi qu’un bon résultat neurologique équivalait à un Rendement Cérébral de catégorie un ou deux. Comme principal résultat, on a obtenu une relation entre le taux de lactate initial et un bon résultat neurologique. Comme résultat secondaire, une relation entre l’élimination de lactate et un bon résultat neurologique chez des patients présentant un taux de lactate initial >2,5 mmol/l.

Résultats: Sur les 76 patients ayant participé à l’étude, 34 (44.7%) ont obtenu un bon résultat neurologique. On n’a pas relevé de différence significative du taux de lactate initial entre le groupe ayant obtenu un bon résultat neurologique et celui ayant obtenu un moins bon résultat (6,07 ±4,09 mmol/L vs 7,13 ± 3,99 mmol/L, P = 0,42). Néanmoins, les taux de lactate obtenus aux 6, 12, 24 et 48 heures dans le groupe présentant un bon résultat neurologique ont été inférieurs aux taux obtenus par celui présentant de moins bons résultats neurologiques (3,81 ± 2,81 vs 6,00 ± 3,22 P <0,01, 2,95 ± 2,07 vs 5,00 ± 3,49 P <0,01, 2,17 ± 1,24 vs 3,86 ± 3,92 P <0,01, 1,57 ± 1,02 vs 2,21 ± 1,35 P = 0,03, respectivement). L’analyse secondaire a mis en évidence que l’élimination de lactate aux 6 et 12 heures a été supérieure chez les patients ayant obtenu un bon résultat neurologique (35,3 ± 34,6% vs 6,89 ± 47,4% P = 0,01 ; 54,5 ± 23,7% vs 25,6 ± 43,7% P <0,01, respectivement). Après ajustement des variables de confusion potentielle, la différence d’élimination de lactate au bout de 12 heures s’est révélée statistiquement significative.

Conclusion: L’étude a permis d’établir une relation entre le taux d’élimination de lactate, et non pas le taux de lactate initial, et le résultat neurologique chez des patients ayant souffert un ACHH et soumis à une hypothermie thérapeutique. »

 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, en anglais:

Better lactate clearance associated with good neurologic outcome in survivors who treated with therapeutic hypothermia after out-of-hospital cardiac arrest