L’utilisation des mesures de lactate dans le sang pour la prédiction de la performance dans l’exercice et pour le contrôle de l’entraînement. Recommandation pour les courses longue distance

sports-med

Les lignes suivantes offrent un résumé de l’article intitulé “L’utilisation des mesures de lactate dans le sang pour la prédiction de la performance dans l’exercice et pour le contrôle de l’entraînement. Recommandation pour les courses longue distance », dont le titre original est “Use of Blood Lactate Measurements for Prediction of Exercise Performance and for Control of Training. Recommendations for Long-Distance Running”. Cet article a été écrit en anglais par L. Véronique Billat et publié sur Sports Med, 1996 Sept : 22 (3): 157-175.

« Le ratio temps/distance, autrement dit la vitesse, est la référence utilisée pour la performance dans toutes les disciplines dont les règles sont basées sur la locomotion sous différentes contraintes mécaniques.  Une certaine puissance de départ doit être maintenue sur une certaine distance ou sur une période de temps. Les besoins énergétiques et le support métabolique pour une performance optimale sont des fonctions associées à la longueur de la course et à l’intensité à laquelle elle est réalisée. Pourtant, malgré la complexité de la régulation du métabolisme du lactate, les mesures de lactate dans le sang peuvent être utilisées par les entraîneurs pour la prédiction de la performance dans l’exercice.

Le seuil anaérobie, habituellement défini comme l’intensité de l’exercice, la vitesse ou la fraction de la consommation d’oxygène (VO2max)) à un niveau de lactate donné dans le sang ou à l’état stable maximal de lactatémie (MLSS), a été accepté comme une mesure de la résistance. Le seuil de lactate dans le sang, exprimé comme une fraction de la vitesse associée à VO2max, dépend de la relation entre la vitesse et l’absorption d’oxygène. On a découvert que la mesure du lactate dans le sang après la compétition sur des événements courts (de 1 à 3 minutes) a un rapport avec la performance dans les événements (de 400 à 800 m de course). Les niveaux de lactate dans le sang peuvent être utilisés pour aider à la détermination de l’intensité de l’exercice d’entraînement.  Néanmoins, pour interpréter l’effet de l’entraînement sur le profil du lactate dans le sang, l’état nutritionnel de l’athlète et le protocole de l’exercice doivent eux aussi être contrôlés. Par ailleurs, l’amélioration de l’utilisation fractionnelle du VO2max dans le MLSS doit être considérée parmi les autres facteurs discriminatoires de la performance, comme la vitesse associée à VO2max.« 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet (site Internet d’origine): L’utilisation des mesures de lactate dans le sang pour la prédiction de la performance dans l’exercice et pour le contrôle de l’entraînement. Recommandation pour les courses longue distance