Mesures de la concentration de lactate dans le sang dans la performance et facteurs déterminants

efdlogo

Nous vous présentons ci-après une introduction de l’article intitulé “Mesures de la concentration de lactate dans le sang dans la performance et facteurs déterminants”, écrit en espagnol sous le titre original “Mediciones de concentración del lactato en sangre en rendimiento y factores determinantes”. Cet article a été écrit par Luis F. Castro et publié dans EFDeportes.com, Revue Numérique. Buenos Aires, Année 9 – N° 66 – Novembre 2003

« La pratique de l’exercice actuellement, à tous les niveaux, récréatifs ou pour la santé, ou en sport de compétition, oblige à identifier les niveaux d’intensité atteints, afin d’obtenir un minimum d’adaptation pour améliorer la santé ou la performance dans certaines disciplines sportives. Pour cela, on utilise différentes méthodologies qui mettent en jeu à la fois des critères de performance et des critères physiologiques.

Parmi les critères physiologiques, nous avons : la fréquence cardiaque, le taux d’échange gazeux (VO2max) et la concentration de lactate dans le sang, qui est celui que nous analyserons dans la revue présente.

La détermination des taux de lactate dans le sang a été mentionnée comme l’un des moyens « objectifs » pour évaluer l’intensité de la stimulation d’entraînement, (Brooks, Fahey, White et Baldwin 1999), et nous offre indirectement un moyen pour obtenir des informations sur l’intensité de l’effort réalisé par le muscle au travail.

Les réponses du lactate dans le sang durant l’exercice ont été utilisées pour évaluer la capacité aérobie d’individus sédentaires, actifs et athlètes entraînés (Denadai, Greco et Teixeira 2000), pour être un paramètre de type métabolique et un résidu de la transformation de nutriments en énergie, utilisable chez toutes les personnes quel que soit leur niveau ou expérience.

La concentration de lactate dans le sang est un paramètre raisonnable pour l’estimation de l’intensité de la charge de travail pendant l’entraînement (Mader, 1991) et contribue à établir de manière individuelle et objective l’intensité de l’exercice à laquelle on souhaite travailler.

Il est capital de savoir si l’athlète se trouve au-dessus ou en-dessous des exigences requises par l’entraînement car il est très courant d’être confronté à des individus qui s’excèdent alors que d’autres n’atteignent pas le niveau minimum. Dans une tentative pour comprendre les facteurs physiologiques déterminants de la performance sportive, une grande partie de la recherche s’est centrée sur l’identification d’un seuil « anaérobie ou de lactate  » ou niveau d’intensité (Smith, Norris y Hogg 2002), mais aucune explication complète n’est donnée sur la manière d’utiliser cette information dans la pratique.

L’objectif de cette revue est de présenter les formes de mesure de l’intensité de l’exercice à travers la concentration du lactate dans le sang et les facteurs qui peuvent déterminer l’objectivité de la mesure. »

 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, en espagnol:

Mediciones de concentración del lactato en sangre en rendimiento y factores determinantes