Interprétation de la mesure du lactate chez les chevaux gravement malades : diagnostic, traitement et pronostic

Nous vous présentons dans les prochaines lignes l’article intitulé “Interprétation de la mesure du lactate chez les chevaux gravement malades : diagnostic, traitement et pronostic”, écrit en anglais sous le titre original “Interpreting Lactate Measurement In Critically Ill Horses: Diagnosis, Treatment, And Prognosis”. Cet article a été écrit par BS Tennent-Brown et publié dans Compendium on Continuing Education for the Practising Veterinarian (Compend Contin Educ Vet. 2012 Jan;34(1):E2)

« Chez les chevaux hospitalisés, l’hypovolémie et le défaut de perfusion tissulaire en résultant, est la cause la plus commune d’hyperlactatémie. Par conséquent, la mesure de la concentration de lactate dans le sang peut être un instrument utile pour diriger la thérapie des fluides, de même que pour évaluer la nécessité et l’adéquation des transfusions sur les chevaux ayant reçu du sang total. Les leucocytes inflammatoires qui se trouvent à l’intérieur des cavités corporelles fermées consomment du glucose et produisent du lactate. La mesure simultanée de la concentration de lactate dans le sang et de la concentration de lactate dans le liquide péritonéal, pleural ou synovial, a été utilisée pour aider à différencier les hémorragies septiques des non septiques. Une concentration de lactate en fluide supérieure à la concentration de lactate dans le sang indique que la cause de l’hémorragie peut être bactérienne. Chez les chevaux évalués pour une colique, une concentration de lactate péritonéal supérieure à la concentration de lactate dans le sang, mesurée au même moment, indique un étranglement intestinal et une ischémie. Plusieurs études vétérinaires ont suggéré que les mesures séquentielles du lactate dans le sang pourraient être un indicateur pronostique plus utile qu’une seule mesure du lactate. Chez les poulains et les chevaux adultes hospitalisés, la concentration de lactate dans le sang est plus élevée à toutes les prises de mesure chez les non survivants par rapport aux survivants, même si les différences sont minimes. La mesure de la vitesse de retour à la normale des concentrations de lactate pourrait aussi s’avérer utile en médecine équine, mais c’est un sujet qui requiert une analyse plus approfondie. »

 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, écrit en anglais :

Interpreting Lactate Measurement In Critically Ill Horses: Diagnosis, Treatment, And Prognosis