La thérapie guidée par le lactate chez des patients en unité de soins intensifs

Les lignes suivantes offrent un résumé de l’article intitulé “ La thérapie guidée par le lactate chez des patients en unité de soins intensifs « , dont le titre original est “ Early Lactate-Guided Therapy in Intensive Care Unit Patients ”. Cet article a été écrit en anglais par Tim C. Jansen, Jasper van Bommel, F. Jeanette Schoonderbeek, Steven J. Sleeswijk Visser, Johan M. van der Klooster, Alex P. Lima, Sten P. Willemsen et Jan Bakker, et publié dans Am J Respir Crit Care Med Vol 182. pp 752–761, 2010

 

« Fondement : On ignore si le suivi du lactate dirigé à diminuer les taux durant le traitement initial améliore le résultat clinique de patients malades en état critique.

Objectifs : Évaluer les effets du suivi du lactate et de la réanimation dirigés à diminuer les taux de lactate chez les patients admis en USI avec un taux de lactate supérieur ou égal à 3,0 mEq/l.

Méthodes : Les patients ont été divisés de manière aléatoire en deux groupes. Dans le groupe-lactate, le traitement a été guidé par les taux de lactate, le but étant de diminuer le lactate de 20% ou plus durant 2 heures dans les 8 premières heures d’admission en USI. Dans le groupe-témoin, l’équipe traitante ignorait les taux de lactate pour la même période (sauf celui à l’admission). Le premier indicateur des résultats a été la mortalité hospitalière.

Mesures et principaux résultats : Le groupe-lactate a reçu plus de liquides et de vasodilatateurs que le groupe-témoin. Néanmoins, on n’a pas observé de différences significatives des taux de lactate entre les deux groupes. Dans l’ensemble de la population à traiter (348 patients), la mortalité hospitalière dans le groupe-témoin a été de 43,5% (77/177) par rapport à 33,9% (58/171) dans le groupe-lactate (p = 0,067). Après correction en fonction des facteurs de risque prédéfinis, la mortalité hospitalière a été inférieure dans le groupe-lactate (risque relatif 0,61 ; intervalle de confiance 95%, 0,43 à 0,87 ; P = 0,006). Dans le groupe-lactate, les scores SOFA ont été inférieurs entre 9 et 72 heures, les inotropes ont pu être interrompus plus tôt et les patients ont pu être débranchés de la ventilation assistée et sortir de l’USI avant.

Conclusions : Chez les patients qui présentaient une hyperlactatémie à leur admission en USI, la thérapie guidée par le lactate a réduit de manière significative la mortalité, après correction en fonction des facteurs de risque prédéfinis. Comme ces résultats ont été cohérents avec les critères d’évaluation secondaires significatifs, cette étude initiale suggère que le suivi du lactate présente des avantages cliniques. »

 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, écrit en anglais :

Early Lactate-Guided Therapy in Intensive Care Unit Patients