Les taux de lactate dans le sang sont supérieurs aux variables dérivées de l’oxygène dans la prédiction de l’issue du choc septique chez les humains

Chest Journal

Nous vous présentons ci-après un extrait de l’article intitulé “Les taux de lactate dans le sang sont supérieurs aux variables dérivées de l’oxygène dans la prédiction de l’issue du choc septique chez les humains”, écrit en anglais sous le titre original “Blood Lactate Levels Are Superior to Oxygen-Derived Variables in Predicting Outcome in Human Septic Shock” par Jan Bakker, Michel Coffernils, Marc Leon, Philippe Gris et Jean-Louis Vincent, et publié dans Chest Journal (Official Publication of the American College of Chest Physicians), Chest 1991; 99:956-62

« Des rapports récents ont démontré que l’apport d’oxygène (DO2) et la consommation d’oxygène (VO2) pourraient être liés au diagnostic de patients en état critique. Dans cette étude, nous avons analysé les mesures de débit cardiaque, les variables dérivées de l’oxygène et les taux de lactate dans le sang de 48 patients en choc septique. 27 ont survécu au choc et 21 n’ont pas survécu.  Sur le total des 174 observations effectuées, on a relevé une relation linéaire significative entre VO2 et DO2 (VO2 = 79+0,17 x DO2, r=0.64, p < 0,001). Il n’y a eu aucune différence significative concernant DO2 chez les survivants et les non-survivants au début du choc septique (moyenne ±SD, 540±219 vs 484±2,222 mI/min m2, NS) ou dans la phase finale de ce dernier (506± 163 vs 443± 187 ml/min m2, NS). Aucune différence significative non plus n’a été détectée concernant VO2 et l’extraction d’oxygène entre les survivants et les non-survivants. Néanmoins, les survivants présentaient des taux de lactate dans le sang inférieurs, aussi bien au début du choc septique (5,1 ±2,7 vs 8,2±5,4 mmol/L, p < 0,05) que dans la phase finale (2,6± 1,9 vs 7,7±5,6 mmol/L, p < 0,001). Et on n’a observé que chez les survivants une diminution significative des taux de lactate dans le sang durant le choc septique (p < 0,001). Les auteurs sont arrivés à la conclusion que les variables dérivées de l’oxygène, DO2 et VO2 ne peuvent pas être utilisées comme indicateurs de pronostic dans le choc septique humain. En revanche, les taux de lactate dans le sang sont étroitement liés à la survivance au choc septique, de même que la diminution des taux de lactate dans le sang pendant le choc septique pourrait indiquer une issue favorable. Par conséquent, les taux de lactate dans le sang peuvent servir de guide clinique fiable pour le traitement. »

 

Cliquez ici pour télécharger l’article complet, en anglais:
Blood Lactate Levels Are Superior to Oxygen-Derived Variables in Predicting Outcome in Human Septic Shock